Journée mondiale pour le droit à l’avortement, comment le défendre?

AccueilNewsJournée mondiale pour le droit à l’avortement, comment le défendre?
Cynthia
Cynthia
Fondatrice de THE WOMEN'S VOICES et CHARI-T Media.

A l’heure où le droit à l’avortement est en danger dans de nombreux pays et à l’occasion de cette journée internationale organisée par l’ONU, le Haut Conseil à l’égalité s’est positionné en faveur d’une loi constitutionnelle pour la France.

Autre initiative, le Planning familial lance aujourd’hui un nouveau site sur la contraception et l’avortement pour lutter contre les fakenews.

Vers un projet de loi ?

La décision de la Cour Suprême aux États-Unis a désormais des conséquences terribles dans 18 Etats, l’avortement est interdit ou restreint, mettant en danger de nombreuses femmes. L’accès à l’IVG est aussi menacé, en Italie, en Ukraine ou en Pologne.

En France, c’est la multiplication de déserts médicaux qui accentuent le risque du droit à l’avortement. Mais aussi la montée en puissance de certains discours haineux vis-à-vis des droits sexuels et reproductifs.

Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes recommande donc de : « faire du droit à l’avortement un droit fondamental » et « d’insérer le droit à l’avortement dans l’article 1er de la Constitution de 1958, à la suite de la parité. »

Le HCE a aussi la crainte que ce droit puisse « être balayé lors d’un changement de majorité malgré la protection en vigueur de la jurisprudence du Conseil Constitutionnel. »

Pour atteindre rapidement cet objectif  et « sans ouvrir la voie à des instrumentalisations politiciennes, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes recommande d’utiliser le passage par le Parlement et donc la transformation des actuelles propositions de loi en projet de loi constitutionnelle. »

Lutter contre les fakenews sur l’avortement

Le site www.ivg-contraception-sexualites.org a été dévoilé par le Planning familial afin d’ “améliorer l’accès à une information juste sur les questions de santé sexuelle”. “Il donnera les renseignements indispensables pour faire ses propres choix en matière de santé sexuelle et reproductive”, a expliqué, Sarah Durocher, co-présidente du Planning familial.

En effet, les sites internet anti-IVG sont mieux référencés que l’ancien site officiel et visent à culpabiliser les jeunes femmes souhaitant avoir recours à une interruption de grossesse.

Le numéro vert de l’association “IVG, contraception, sexualités” : 0.800.08.11.11 permettra de prendre des renseignements notamment pour les jeunes femmes en ayant besoin. Un chat sera aussi disponible début de l’année prochaine.

Isabelle Rome, la ministre déléguée à l’Egalité Femmes-Hommes a insisté :  “en cette journée internationale pour le droit à l’avortement, soyons collectivement lucides, la menace d’un retour en arrière n’a jamais été aussi forte.”

Découvrez aussi