Les démocrates se mobilisent pour le droit à l’avortement

AccueilNewsLes démocrates se mobilisent pour le droit à l’avortement

La Cour suprême des Etats-Unis est sur le point d’annuler un arrêt historique reconnaissant depuis près d’un demi-siècle le droit à l’avortement, selon un projet de décision qui a fuité, engloutissant Washington dans la pénombre.

L’arrêt Roe v. Wade qui, en 1973, qui protégeait le droit des femmes à avorter, était “totalement infondé dès le début”, selon ce texte de 98 pages qui peut faire l’objet de négociations jusqu’au 30 juin.

“La conclusion inéluctable est que le droit à l’avortement n’est pas profondément enraciné dans l’histoire et les traditions de la Nation”, selon le juge Alito. Il “n’est protégé par aucune disposition de la Constitution”.

Des représentant démocrate ont jugé  ce projet de décision comme étant “une abomination, l’une des décisions les pires et les dommageables de l’histoire moderne”, c’est ce qu’ont estimé dans un communiqué conjoint  la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef des sénateurs démocrates, Chuck Schumer.

La présidente de la Chambre des représentants a qualifié « D’agression républicaine » le projet d’annulation de Roe v. Wade

Les démocrates affirment leur colère

S’adressant directement aux juges conservateurs et aux républicains, elle affirme que cette décision serait  « une manifestation de leur manque de respect envers les femmes depuis des décennies. » Elle ajoute via son tweet «Les démocrates respectent les femmes et leur liberté[…]la Chambre a adopté la codification de Roe v. Wade et les démocrates ne fléchiront jamais tant que les droits reproductifs ne seront pas inscrits dans la loi.»

Thread (dérouler) des propos de Nancy Pelosi via Twitter @SpeakerPelosi

Une politisation du sujet de l’avortement qui pourrait bien faire raviver les tensions entre les camps républicains et démocrates.

Elizabeth Warren, la sénatrice pour le Massachusetts et ex-candidate aux primaires démocrate pour les présidentielle de 2020, manifeste aux cotés des manifestants “Pro-Choice” (pour le choix).

Elle laisse sa colère éclater à travers son attitude agacée, prenant la parole instantanément devant les médias du monde en entier elle déclare etre “en colère” ” je sais qui va payer le prix de ceci. Ce ne sont pas les femmes riches. Les femmes riches peuvent prendre l’avion […] elles peuvent se rendre dans un autre État, dans un autre pays.”

La sénatrice Elizabeth Warren devant la Cour suprême à Washington, interrogée par des journalistes via Twitter @Sonia_Dridi

“les républicains ont comploté durant des décennies pour imposer une majorité de juges conservateurs à la Cour Suprême, et faire ratifier un texte dont la majorité des Américains ne veulent pas !”

– Elizabeth Warren

Elizabeth Warren en plein discours accompagné des militants pro-choix, via Twitter @SenWarren

Selon la sénatrice ce projet “touchera les femmes les plus pauvres”, qui aussi assuré que les femmes, les victimes d’inceste et de viol, ainsi que les mères en situation de précarité, peinant déjà à nourrir et s’occuper de leurs enfants seront pénalisées

Le mariage gay également menacé ?

Après l’annonce de la fuite de l’annulation de l’arrêt Roe.V Wade, la communauté LGBT qui s’est joint aux militants à travers les quatre coins des Etats-Unis, se dit “septique” face à la tournure des évènements.

En effet, le mariage de couples homosexuels est juridiquement reconnu au plan national depuis une décision de la Cour suprême de juin 2015  qui s’applique aux 50 États fédérés, et également aux Etats du surtout du sud, connus pour leurs mesures conservatrice, qui l’interdisaient dans leurs constitutions.

Donald Trump nommait au sein de la plus haute juridiction la juge Amy Coney Barett réputée pour ses choix pro-arme et pro- vie. Une action avant la présidence de Joe Biden qui lui avait permis d’assoir la majorité conservatrice à la Cour suprême, passée à six juges conservateurs contre trois progressistes.

La procureure générale de l’État de New York Letitia James, élue démocrate et magistrate afro-américaine, a exprimé à travers une tribune son engagement envers les pro-choix et la communauté LGBT.

“À qui le tour ? À qui le tour ? À qui le tour ? À qui le tour ? ” s’est t-elle éclaffée devant les protestants de New-York.

Letitia James, procureure générale de New-York éludant un discours en faveurs du choix de l’avortement.

Pour Letitia James, les droits fondamentaux constitutionnels américains permettent à chacun “de se marier avec qui il veut” et également aux “membres de la communauté LGBT d’avoir des droits ”.

A voir également sur TheWomensVoices : https://www.thewomensvoices.fr/politique/le-droit-a-lavortement-en-danger-aux-etats-unis/

Découvrez aussi