Iris Knobloch : première présidente du Festival de Cannes

AccueilCultureIris Knobloch : première présidente du Festival de Cannes

Iris Knobloch a été élue nouvelle présidente du Festival de Cannes pour succéder en juillet à Pierre Lescure, 76 ans, en poste depuis 2014. Elle deviendra ainsi la première femme à présider le célèbre festival sur la Croisette.

Un mandat de 3 ans

Iris Knobloch a été élue par le conseil d’administration à bulletins secrets et présidera l’événement pour les 3 prochaines éditions à partir de 2023.

La future présidente se réjouit dans un communiqué et espère pouvoir « consacrer toute (son) énergie au rayonnement de cet événement planétaire, rendez-vous majeur pour la sauvegarde de la vie culturelle d’un monde qui en éprouve, plus que jamais, l’impérieuse nécessité ».

On sait encore peu de choses de la prochaine édition, qui retrouvera ses dates habituelles du 17 au 28 mai cette année. La composition du jury et la sélection officielle restent encore inconnues. Elles seront dévoilées le 14 avril prochain par le délégué général, Thierry Frémaux.

Iris Knobloch, une experte polyvalente

Iris Knobloch est née en 1963 en Allemagne. Diplômée de droit aux Etats-Unis, elle commence sa carrière comme avocate dans des grands groupes avant de devenir présidente du groupe Warner Bros France en 2006 pendant 15 ans. En 2020, elle quitte le groupe pour présider WarnerMedia France, Benelux, Allemagne, Autriche et Suisse.

Habituée du festival de Cannes elle y accompagne de grands réalisateurs et artistes depuis de nombreuses années. On l’a retrouvée aux cotés de Clint Eastwood pour « Impitoyable », de Michel Hazanaivicius pour « The Artist », mais aussi Woody Allen, Steven Soderbergh et George Miller.

En juin 2021, Iris Knobloch a participé à la création et pris la tête d’I2PO, un véhicule financier dans l’objectif de lever des fonds et faire des investissements dans les secteurs du divertissement et du loisir.

Cette activité avait amené de nombreuses critiques lors de sa nomination. En effet, certains représentants du cinéma français craignent un potentiel conflit d’intérêts.

Découvrez aussi