Les Cryptos de Caro : “4% des investissements sont faits par des femmes”

AccueilBusinessLes Cryptos de Caro : "4% des investissements sont faits par des...
Cynthia
Cynthia
Fondatrice de THE WOMEN'S VOICES et CHARI-T Media.

Caroline Jurado, auteure de la Newsletter ” Les Cryptos de Caro” qui regroupe des dizaines de milliers d’abonnés, a répondu aux questions de Cynthia Illouz dans l’interview Brut.Live – The Women’s Voices. De la vulgarisation crypto en passant par les métaverses, les NFT ou la blockchain, décryptage d’un univers où les femmes sont quasiment absentes.

Pouvez-vous définir ce qu’est une crypto-monnaie ?

Une crypto-monnaie est une monnaie digitale, qui n’existe qu’en ligne. Il n’y a pas de pièces ou de billets, et elle est décentralisée. On ne passe pas par un intermédiaire comme une banque pour réaliser un transfert d’argent, ainsi le cours de cette monnaie n’est pas garanti. C’est effectivement la loi de l’offre et de la demande qui va faire varier le cours de cette monnaie. Je dirai que c’est l’équivalent d’une monnaie classique, mais avec ces changements.

Existe-t-il différents types de crypto-monnaies et faut-il se méfier ?

Une crypto-monnaie est une émission de Token lié à un projet, donc pour évaluer la pertinence de cette monnaie, il faut évaluer la pertinence du projet qu’elle soutient.

Le bitcoin, par exemple, qui est la première des monnaies à exister, est une blockchain qui ne permet que de faire des échanges de bitcoins. Le projet qu’elle soutient c’est le remplacement du système monétaire et financier actuel.

Mais la très grande majorité des crypto-monnaies soutiennent d’autres projets. Les projets les plus classiques sont des projets de blockchain, qui sont comme des livres de comptes sur lesquels on va enregistrer des transactions de données. Par exemple l’ETHER, qui est la crypto de la blockchain Ethereum, ou le SOL de Solana, appartiennent à une catégorie où il y a un projet sous jacent qui est la blockchain.

Il y a autant de projets différents que de crypto-monnaies, donc plusieurs milliers. Effectivement, il y a des projets que l’on ne comprend pas, dont on ne comprend pas la valeur ajoutée. Il faut se méfier en particulier de ces projets là. Il s’agit souvent de projets qui n’ont aucune utilité, où l’on va forcément perdre de l’argent car ils sont soit inutiles, soit des arnaques.

C’est dont pour cela qu’il faut se concentrer sur le projet, sa valeur ajoutée, dans la blockchain et dans notre univers à nous.

Sur votre compte instagram, vous parlez de la tokenomie avec des pièces de puzzle, pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai utilisé les pièces de puzzle pour expliquer que les tokens existent en nombre fini. Je décris souvent la tokenomie comme les règles du jeu avec lesquelles les crypto-monnaies vont fonctionner. Parmi ces règles là, il va y avoir notamment le nombre de pièces émises. À partir du moment où on a défini la monnaie il y en a un nombre fini, on  ne peut pas en recréer à volonté, ce qui changerait toute la dynamique économique d’une crypto-monnaie.

Quels sont les risques de l’investissement dans les crypto monnaies, et notamment dans de nouvelles monnaies ?

Le marché est volatile, investir en crypto-monnaie sur une monnaie qui se lance, donc une ICO, est le plus risqué , mais c’est aussi là qu’il y a le plus d’opportunités. Par exemple, ceux qui ont investi dans d’ethereum sont tous milliardaires aujourd’hui, mais c’est très compliqué.

Parce que c’est un peu le FarWest et parce que lire un “White Paper”, qui décrit le projet de la monnaie, c’est quasiment impossible si on n’est pas un expert.

C’est un secteur dans lequel on joue sur la FOMO. La FOMO (Fear Of Missing Out) c’est la peur de passer à côté de quelque chose, comme par exemple de rater un événement ou une fête. Dès que quelqu’un investit dans une crypto-monnaie, il va aller le dire partout, rapportant que c’est la crypto-monnaie de l’année et que c’est une occasion en or. Certaines personnes qui s’y connaissent peu et qui sont un peu émotionnelles, ne veulent pas passer à côté. Ils pensent que c’est un casino et investissent, perdent de l’argent mais continuent pour récupérer leur argent.

Cela nécessite une réflexion sur soi, sur quel type d’investisseur on est, sur les risques que l’on est prêt à courir et sur ce que l’on recherche. Il faut créer son portefeuille en rapport avec cette réflexion.

En général, les gens se lancent sans même savoir ce qu’est une crypto-monnaie. C’est à la fois un potentiel et un risque énorme.

Les femmes ne sont pas très présentes dans ce domaine, quels conseils pour s’y mettre de façon prudente ?

4% des investissements sont faits par des femmes. C’est très faible et on espère que cela va changer. Mon conseil c’est de commencer en achetant très peu, peu importe sur quelle plateforme, pour vous rendre compte de quel investisseur vous êtes.

Si vous vous réveillez la nuit quand il y a une baisse, que vous regardez toutes les 3 secondes l’évolution du cours, ou si ça ne vous fait ni chaud ni froid, vous n’êtes pas le même type d’investisseur. Il faut ensuite se créer un compte sur un exchange, c’est la base pour acheter ses crypto-monnaies.
Les plateformes d’exchanges sont très compliquées, à part certaines qui sont vraiment adaptées aux débutants mais qui sont bien plus chères comme Coinbase. L’expérience utilisateur est encore trop souvent mise de côté.
Dans ces conditions, commencer à acheter sur sa banque en ligne peut être une solution. Les étapes suivantes c’est de créer un compte sur un exchange classique, un portefeuille crypto sur MetaMask et ensuite définir son plan d’investissement, voir même aller sur la finance décentralisée pure en allant sur des exchanges décentralisés.

Que peut-on et pourra-t-on acheter avec des crypto-monnaies ?

On peut faire plein de choses avec des crypto-monnaies. Par exemple, il y a un projet qui est sorti récemment dans le domaine des NFT qui s’appelle Sevens, sur lequel on peut utiliser nos crypto-monnaies pour acheter des basquets numériques sur une application. Lorsque l’on ouvre l’application en étant en mouvement, elle nous permet de gagner des jetons de ce « jeu » là, qui permettent de gagner de l’argent. C’est une solution qui lie le digital et le réel, et qui permet de lier les intérêts des utilisateurs à leurs investissements.

Pouvez-vous nous expliquer ce que sont ces NFT ?

Un NFT ( Non Fungible Token) est un certificat d’authenticité. Si on prend les œuvres numériques, elles sont toutes reproductibles et il est impossible d’identifier qui en est à l’origine contrairement à l’art physique. Créer un NFT c’est en choisir un, décider qu’il est l’original et enregistrer cette information dans la blockchain. Il permet de dire « moi je détiens l’original de tel tweet, tel meme, tel code internet » par exemple. Un NFT c’est un certificat d’authenticité dont je connais 3 grands types. 
Le premier type c’est celui où un artiste décide de créer une œuvre numérique et de créer un NFT dessus, dans ce cas là c’est la même chose que l’art classique mais en numérique.

Il y a aussi les collections de NFT dont je méfie beaucoup plus. Une équipe va se constituer et créer une collection basée sur un système de rareté et d’échange, un peu comme des cartes à collectionner. La communauté qui aime le projet va les acheter et les revendre sur les marchés secondaires et ils vont prendre de la valeur, en fonction de l’attrait de la communauté pour ce projet. C’est surtout dans cette catégorie qu’il y a des arnaques.

On va s’intéresser à un projet où l’on croit qu’il y a une grosse communauté, où l’on pense que l’on va faire de l’argent alors que derrière il ne vaut rien. Ce n’est même pas une vrai œuvre d’art dans le sens où ils n’ont pas fait appel à un artiste. Donc ça c’est la partie un peu risquée. On compte des tonnes d’arnaques avec des comptes discord où se réunissent des milliers de personnes, qui ne sont en fait que des bots.

Moi j’ai été arnaqué par un ami à moi, qui a lancé sa propre collection et qui a fait de l’argent dessus et qui a juste fermé l’entreprise par la suite. Donc les gens qui ont acheté la collection, derrière ils ne pouvaient plus la vendre. C’est typique des pures arnaques.
La dernière catégorie c’est les NFT qui existent dans le cadre des jeux, où l’on va devoir acheter son pion qui est un NFT avec lequel on va jouer dans le jeu.

Ca semble toujours très compliqué et risqué pour beaucoup de monde, que pouvez vous donner comme conseil ?

Le plus intéressant pour appréhender cet univers c’est d’y aller marche par marche. Commencer en achetant en tout petit peu de crypto-monnaies et voir ce qui se passe, puis commencer à appréhender ce que c’est, s’intéresser aux NFT etc.
Il y a forcément des petites erreurs qui vont être commises mais c’est en les faisant qu’on apprend. Comprendre la totalité de l’univers c’est compliqué. Même par rapport aux NFT, c’est au sujet envers lequel je prends un peu de recul parce que ça me fait parfois peur. Le fait qu’autant de personnes soient intéressées par un sujet qui n’est pas encore bien maitrisé par la plupart des gens, ça crée de la malveillance ou juste de la méconnaissance qui se répercute sur les acheteurs potentiels. Personnellement je préfère attendre que l’effet de mode soit passé pour m’y intéresser.

Vous avez écrit un livre et créez des vidéos sur le sujet, quelles sont les questions que l’on vous pose le plus ?

C’est vrai qu’on me pose énormément de questions mais celle qui revient le plus souvent « par quoi je commence ? ».

C’est un nouvel univers et il est difficile de tout comprendre, il y a tout un vocabulaire à part. On n’arrive pas à comprendre, et il faut appréhender un écosystème différent.

C’est pour ça que j’ai écrit le livre, pour que ce soit le plus fluide possible dans la compréhension. Mais c’est impossible de donner un ordre dans lequel faire les choses, dans ma newsletter je choisis à chaque fois un petit sujet, dans l’objectif de créer un écosystème de connaissance et que chacun puisse commencer en comprenant ce dans quoi il se lance.

Découvrez aussi