La Reine et ses royaumes

AccueilPolitiqueLa Reine et ses royaumes

Les dirigeants des pays du Commonwealth rendent hommage à la reine d’Angleterre. En 1952, lors de son arrivée au pouvoir, Elizabeth II a également pris la tête du Commonwealth, composé d’anciens territoires de l’Empire britannique, répartis partout sur le globe.

Parmi les 56 nations membres du Commonwealth, nombreuses sont celles qui ont pu acquérir leur indépendance sous le règne d’Elizabeth II. Le décès de la monarque soulève un questionnement sur l’avenir du bloc, “Que va-t-il advenir de ce Commonwealth maintenant : survivra-t-il à l’avenir ?.”

Un règne aux quatre coins du monde

Lorsqu’elle est montée sur le trône, Elizabeth II est devenue reine de sept pays, mais également cheffe d’État de plusieurs autres territoires rattachés au Royaume-Uni. Malgré le changement de constitution politique, certains choisissent de continuer à être rattaché à la reine.

Elle fut reine de 18 nations, lors du sommet de son règne. À l’heure actuelle, certaines se sont transformées en république, comme les îles Fidji en 1987 ou encore la Barbade en 2021.

Même si elle est représentée dans chacun des Etats par un gouverneur-général, lors de sa mort la reine était dirigeante de 15 pays : Antigua-et-Barbuda, l’Australie, les Bahamas, Belize, le Canada, Grenade, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, les Îles Salomon, Tuvalu et le Royaume-Uni.

Huit référendums ont été réalisés, sur l’éventualité de sortir du Commonwealth, durant son ère. Trois pays se sont donc transformés en Républiques, les autres ont choisi de rester sous la couronne. 

Les directions du Kenya, du Tanganyika et de l’Ouganda, ont été les règnes les plus rapides d’Elizabeth II, il ne s’est écoulé qu’un an entre l’indépendance à l’égard du Royaume-Uni et leur changement de régime politique en république.

Un monde en deuil

Lazarus Chakwera, président du Malawi a exprimé ses “plus profondes condoléances”, sur Facebook. Elizabeth II fut reine du Malawi de 1964 à 1966 restera « à jamais gravé dans nos cœurs et marqué de manière indélébile dans les pages de notre histoire » déclare-t-il.

Première souveraine britannique à ne pas régner sur l’Empire des Indes, Elizabeth II laisse un pays endeuillé comme l’explique Narendra Modi : « Un guide inspirant pour sa nation et son peuple ». Le Premier ministre indien a présenté ses condoléances aux Britanniques ainsi qu’à la famille de la reine. 

« Une grande et bienfaisante dirigeante », c’est par ces mots que le président du Pakistan Arif Alvi a rendu hommage à la reine. Elle « restera gravée en lettres d’or dans les annales de l’histoire mondiale » explique le président du deuxième pays le plus peuplé du Commonwealth. Shehbaz Sharif, le Premier ministre pakistanais, a également présenté ses “sincères condoléances”.

Justin Trudeau, le Premier ministre canadien a lui aussi offert ses condoléances sur Twitter : “Les Canadiens se souviendront et chériront toujours la sagesse, la compassion et la chaleur de Sa Majesté”. La dirigeante du Commonwealth “restera à jamais une partie importante de l’histoire de notre pays” précise-t-il.

Après s’être sorti du Commonwealth en 2003, le président du Zimbabwe qui avait gardé des relations très froides avec les Britanniques, a lui aussi rendu hommage à la reine : “Qu’elle repose en paix”, déclare-t-il.

Lors de son décès, la reine Elizabeth II était donc la dirigeante du Royaume-Uni, mais également de 14 autres nations, membres du Commonwealth. Un rôle qu’elle s’est appliqué de tenir grâce à des visites années après année.

Découvrez aussi