Site icon The Women's Voices

Amélie Oudéa Castéra, une tenniswoman au Ministère des sports

La directrice générale de la Fédération Française de tennis devient ainsi Ministre des sports des Jeux olympiques et paralympiques. Sportive de haut niveau, Amélie Oudéa Castéra a remporté dans sa jeunesse l’Orange Ball Minime, une compétition qui rassemble les meilleurs mondiaux de cette catégorie d’âge, elle a également participé aux demi-finales juniors de l’U.S. Open en 1993 puis en 1994 à Wimbledon et à Roland-Garros. Elle a atteint le classement de 18e joueuse française et celui de 251 joueuse mondiale en 1995.

Peu après ses 18 ans, elle décide d’arrêter le tennis après une défaite en double avec Amélie Mauresmo et se lance finalement dans la préparation des concours de Sciences-po.

Haut fonctionnaire et cadre dans le privé

Elle fait une maîtrise en droit puis un Master à l’ESSEC. Elle est également admise à l’ENA. Elle y rencontre Emmanuel Macron, camarade dans la même promotion, celle intitulée Léopold Sédar Senghor puis elle rejoint la Cour des Comptes en 2004.

Amélie Oudéa Castéra a occupé des fonctions de directrice de la stratégie puis celle de directrice du marketing et du digital à la direction stratégique de Axa. Dans le groupe carrefour, en 2018, elle rejoint le comité exécutif et est en charge de la marque, des activités e-commerce, innovation et data.

Elle devient en 2020 « femme du digital » de l’année.

Son investissement auprès de la jeunesse et des sports

Toujours investie dans la question du sport, elle milite dans l’association « Sport dans la Ville » pour aider les jeunes des quartiers à travers les activités sportives.

Elle initie la création de l’Association « Rénovons le Sport » en 2018 et souhaite inclure des enjeux éthiques et inclusifs dans l’organisation de ces activités. La semaine dernière elle partageait cette vision avec le Cercle des économistes qu’il fallaien indiquant qu’elle souhaitait “injecter plus de sport au coeur du projet éducatif de notre nation”.

Amélie Oudéa Castéra était devenue directrice générale de la Fédération Française de Tennis en 2021, souhaitant plus particulièrement faire vivre le stade Roland-Garros tout au long de l’année. Le présdient de la FFT Gilles Moretton, s’est immédiatement réjoui de sa nomination : “c’est une grande joie que de la voir à cette fonction-là maintenant. »

L’ ancienne championne avait travaillé sur l’élaboration du programme sport du candidat Macron, en analysant les actions de ces deux prédécesseurs, deux autres anciennes sportives, l’escrimeuse Laura Flessel, et la nageuse Roxana Maracinenu. et en proposant des orientations stratégiques pour l’avenir.

Rejoignant le gouvernement d’Élisabeth Borne, elle aura notamment dans ses missions à gérer l’organisation et la tenue des Jeux Olympiques de Paris 2024.

Son mari, Frédéric Oudéa, le patron de la Société Générale a annoncé son prochain départ pour mai 2023 il y a quelques jours, sans lien particulier avec la nomination de la nouvelle ministre.

Quitter la version mobile