Entreprise : une charte de la parentalité adoptée

Parmi les 22 premières grandes entreprises signataires, on retrouve Bouygues Construction, CapGemini, KPMG, France-Tv, le groupe Casino, Orange, L’Oréal, CDiscount, BNP Paribas et Société générale,Banque de France, BNP Paribas, Bouygues Construction, Carrefour, C-Discount, France Télévisions, KPMG, La Poste, MGEN, Mondelez, Orange, Randstad, Société Générale..

“La parentalité en entreprise participe de la responsabilité sociétale des employeurs et répond à des enjeux d’intérêt général”, selon la charte dans laquelle sont citées l’égalité hommes-femmes, la natalité, l’éducation des enfants, la solidarité intergénérationnelle.

Ces employeurs s’engagent ainsi à mieux prendre en compte les obligations de leurs travailleurs quelque soit leur modèle familial : familles monoparentales, homoparentales, aidants familiaux… Elle se veut ainsi plus “inclusive”,

En 2008, un premier texte avait été adopté par plusieurs centaines d’entreprises pour favoriser davantage les salariés-parents.

Cette nouvelle charte a été signée lors de la Conférence des familles à Paris et à l’occasion de la Journée des aidants, sous l’égide du secrétaire d’État à l’Enfance Adrien Taquet.

Parmi les objectifs affichés, il est question de « favoriser des modes de fonctionnement qui assurent aux salariés-parents une équité de traitement dans l’entreprise”.

En effet, selon le ministère chargé de l’Égalité femmes-hommes, l’écart de rémunération entre femmes et hommes est de 19%, et se creuse même de 32% pour les mères de deux enfants,. 

20% des aidants familiaux actifs sont pénalisés dans leur vie professionnelle, selon cette source. 

Plus de 6 salariés sur 10 considèrent que leur employeur ne les aide pas assez à équilibrer leurs temps de vie, selon l’Observatoire de la Qualité de vie au travail.

Découvrez aussi